Admin

Juin 222018
 

Graines, fleurs et fruits sont une nourriture riche et une source d’activités pour le perroquet qui doit décortiquer ses graines. Cette manne de la nature peut être consommée sans modération

 


Lire la suite »

Juin 212018
 

Cacatoès soufre à crête orange  (Cacatua sulphurea citrinocristata)Description physique
C’est un perroquet au plumage blanc immaculé et à la huppe érectile orange plus ou moins intense. Il présente une tâche orangée juste au dessus des yeux : ses yeux foncé sont entourés d’une zone bleutée. Son bec est noir mat et ses pattes gris foncé.
Lire la suite »

Juin 212018
 

Perruche Catherine (Bolborhynchus lineola)Description physique
Plumage vert, motifs en forme de coquilles noires sur la tête, le cou, le dos, le croupion et le long des ailes. Plumes alaires bordées de noir, femelle plus petite, avec motifs noirs plus petits et moins précis, yeux brun-jaune, bec jaune grisé, pattes gris-noir.
.

 

 

 

 

 


Lire la suite »

Juin 202018
 

Perruche à croupion rouge (Psephotus Haematonotus)Description physique
Originaire du Sud-est de l’Australie, cette perruche principalement verte doit son nom à ses plumes sus-caudales (croupion) qui sont d’un rouge éclatant. Son bec est noir, l’iris de ses yeux est jaune-orangé, ses flancs et son ventre sont jaunes. Ses régimes sont noires bordées d’un trait blanc et sa queue est verte teintée par endroits de bleu. Elle vit vers les jardins et terrains cultivés à proximité de l’homme. La perruche à croupion rouge se déplace en couple pendant la saison de reproduction mais rejoint des bandes atteignant la centaine d’individus en hiver.


Lire la suite »

Juin 192018
 

Grand cacatoès à huppe jauneLe sexage
Afin de pouvoir composer correctement un bon couple pour la reproduction de perroquet, il s’avère nécessaire d’avoir des oiseaux sexés avec certitude. La solution la plus fiable est le sexage ADN. On le réalise en envoyant à un laboratoire d’analyse un échantillon de quelques plumes fraîchement arrachées dans un petit sachet hermétique prévu à cet effet (préalablement envoyé par le labo). Pour plus de renseignement vous pouvez vous informer directement sur le site d’un laboratoire.
Lire la suite »

Juin 192018
 

Les loris : le genre ChalcopsittaDescription physique
Ce genre comprend quatre espèces de loris à la fois très semblables et très différentes : le lori noir, le lori de Duyvenbode, le lori flammèche et le lori cardinal. Les quatre sont de grands loris à longue queue arrondie. Trois sont originaires de Nouvelle- Guinée, et un des îles de l’Est (le lori cardinal). Diamond, en 1972, commente l’évolution de ces espèces, décrivant trois d’entre elles (atra, duyvenbodei, et scintillata) comme une « chaîne de super-espèces occupant les terres basses de Nouvelle-Guinée, avec des contacts entre les populations qui ont été rompus et restaurés de nombreuses fois. Le genre consiste en trois semi-espèces virtuellement allopatriques, dont la distribution forme maintenant un cercle incomplet (brisé à l’est entre la baie d’Astrolabe et la rivière Kemp Welch) à la périphérie de la Nouvelle-Guinée ». Il n’a apparemment pas pris en compte l’existence de la quatrième espèce, ou considérait peut-être que l’espèce cardinalis n’appartenait pas à ce genre : au moins un taxonomiste ava
t lui avait classé le lori cardinal dans le genre Eos (Low, 1998).
L’un des traits remarquables du genre Chalcopsitta est que chacune des quatre espèces qui le compose est d’une couleur différente des autres : noire pour atra, marron pour duyvenbodei, verte pour scintillata, rouge pour cardinalis. Pourtant, si tous quatre sont de différentes couleurs, ils ont un certain nombre de caractéristiques en commun : La forme des plumes du cou, tout d’abord, longues, fines et pointues, très différentes des autres plumes de couverture. Ils possèdent également tous une bande de peau nue sous la mandibule inférieure, qui n’est pas très apparente car elle est noire, de la même couleur que le bec (sauf chez cardinalis, dont le bec est orange). Beaucoup moins discrète est leur voie, puissante et aiguë, et qu’on doit prendre en considération si on pense acquérir cet oiseau : les voisins risquent de ne pas apprécier ses efforts de communication ! Un autre trait caractéristique du genre est son vol, très différent de celui des autres loris, et qui permet de le reconnaître à coup sûr : les ba
tements d’ailes sont rapides, mais faibles, et le vol est lent, donnant l’impression de nécessiter beaucoup d’efforts pour peu de résultats.
Il y a peu d’information disponible sur la vie dans la nature de ces loris, et la plupart des connaissances viennent des observations faites sur les oiseaux en aviculture.


Lire la suite »

Juin 182018
 

Gris du Gabon (Psittacus erithacus erithacus)Description physique
Le gris du Gabon est un perroquet trapu au plumage tout en dégradé de gris à l’exception de la queue rouge vif. Cet aspect cendré n’est pas identique sur toutes les parties du corps. D’écaillé élégant sur la tête et le cou, le plumage s’assombrit sur les ailes et le dos pour virer au gris pâle dans la région ventrale. Le front, les côtés de la tête et les lores (zone comprise entre l’oeil et la base du bec) sont dénudés et blanchâtres ainsi que la zone appelée cire au dessus du bec qui est d’un beau noir luisant, très massif d’aspect.  Les yeux ont un iris noir bordé de jaune. Ses ailes puissantes lui permettent de bien voler.

 

 

 
Lire la suite »

Juin 182018
 

Amazone à font jaune (Amazona ochrocephala ochrocephala)Description physique
Oiseau trapu à plumage entièrement vert avec quelques rémiges rouge. Le front est jaune avec un triangle presque parfait entre des yeux brun orangé, cerclés de blanc avec un iris noir. Son bec est carné avec une partie plus claire sur les côtés. Ses pattes sont robustes et sombres.
L’Amazone à front jaune de Panama est un peu plus petite que son homologue et la tache jaune triangulaire de son front est plus marquée.

 
Lire la suite »

Juin 172018
 

VerminoseChez les pinsons indigènes on décèle régulièrement des vers gastro-intestinaux appelés verminose (Ascaridia) et des vers respiratoires (Syngamus trachea) qui peuvent être transmis aux autres canaris vivant avec eux.
Lire la suite »