Nov 112017
 

Perruche resplendissante (Neophema splendida)Description physique
Cette perruche porte admirablement bien son nom. Le mâle a le devant du cou et la poitrine rouge. La tête est bleue, plus foncée sur la gorge et les joues. Le reste du dessous du corps est jaune tandis que le dessus est vert lumineux. Plumage jaune d’or, moins vif chez la femelle, qui est dépourvue de plumes orange sur le ventre. Triangle orange entre le bec et les yeux ; petit sourcil bleu; rémiges bordées de bleu; dos vert olive ; plumes voilières noires (marron chez la femelle). Les jeunes mâles sont d’un jaune plus vif que les femelles quand ils quittent le nid, mais n’ont pas encore de bande sur le front. Au bout de 6 mois, la première mue est achevée.


 

Taille
Environ 24 cm à l’âge adulte

Durée de vie
12 ans

Sexage
La femelle se reconnait immédiatement par l’absence de rouge qui est remplacé par du vert. Les femelles de perruche turquoisine et splendide se ressemblent énormément (il est préférable de garder séparées ces deux espèces car elles s’hybrident facilement).

Reproduction
Cet euphème niche très volontier et élève parfaitement ses jeunes. Un nichoir-bûche ou un nichoir carré convient, pourvu qu’il ait une hauteur de 40 cm et une base de 20 sur 20 cm, avec un trou d’envol de 6 cm. La femelle se plante des brindilles feuillues, des brins d’herbe fraîche dans les plumes du croupion. Elle va garnir son nid avec ses trésors, dont le rôle est de maintenir une certaine humidité autour des oeufs, indispensable à leur développement.
Elle pond 3 à 6 oeufs qui éclosent au bout de 19 jours. Les juvéniles acquièrent leur premier plumage à l’âge de 4 semaines. Mais, ils peuvent attendre deux ans, voire davantage, avant de revêtir leur plumage adulte. Les mâles commencent par acquérir leur poitrine rouge à l’âge de 3 mois.
Il est déconseillé de séparer des partenaires en parfaite harmonie, car le mâle et la femelle forment souvent un couple à vie et peuvent élever plusieurs couvées par an.

Origine
Sud de l’Australie

Comportement
Ces perruches sont (tout comme les turquoisines) très tolérantes envers les autres habitants de la volière, y compris les oiseaux de plus petite taille. Elles conviennent donc parfaitement aux volières communes.

Traité de Washington
Appendice II.

Alimentation
Millet, panic, tournesol, salade, chènevis, lin, pavot et niger. Elle ne doit pas manquer de carottes, de pommes et d’autres fruits charnus. Elle boit très peu, car elle trouve suffisamment d’humidité dans les fruits, mais il ne faut pas la priver d’eau. Certaines peuvent même trouver grand plaisir à se baigner. Alors, il faut veiller à ce que le plumage de l’oiseau sèche rapidement et qu’il ne prenne pas froid.

Désolé, les commentaires sont désactivés pour l'instant.