Jan 102018
 

Perruche à Collier (Psittacula Krameri Manillensis)Description physique
La perruche à collier est oiseau très apprécié des éleveurs, elle est mince et élancée, la couleur de son phénotype sauvage est le vert. Le sexe est facilement reconnaissable chez des oiseaux de 3 ans minimum, en effet les mâles ont un beau collier, les femelles quant à elles en sont dépourvues, comme la majorité des oiseaux du genre psittacula : les perruches à collier ont tendance à se faire entendre ce qui peut causer des désagréments aux voisins.


Lire la suite »

Jan 102018
 

Perruche Mélanure (Polytelis Anthopeplus)Description physique
La perruche mélanure est la plus grande des polytèles ; elle mesure près de 40 cm. Son plumage général est jaune verdâtre, plus olive sur la nuque et l’arrière du cou. Elle a une queue noire, une croupe vert foncé, une bande ailaire rouge et des rémiges noir-bleu.


Lire la suite »

Jan 082018
 

Perruche multicolore (psephotus varius)Description physique
Cette moyenne perruche australienne est une proche cousine de la perruche à croupion rouge. Cette perruche a dominante verte arbore plusieurs couleurs, d’où son nom. Les males plus colorés sont facilement reconnaissables. Leur bec est surmonté d’une couronne de jaune vif. On retrouve aussi encore du jaune au niveau de l’ébauche des ailes. L’extrémité des ailes est bleu  vif.  Le ventre est orangé rouge, et le bout des rectrices de la queue bleutée se terminent sur une touche de blanc. Les femelles quand a elles, sont plus ternes ne présente pas de jaune sur la tête et le jaune des ailes et remplacer par du rouge bordeaux.

 

 


Lire la suite »

Jan 072018
 

Les loris : le genre ChalcopsittaDescription physique
Ce genre comprend quatre espèces de loris à la fois très semblables et très différentes : le lori noir, le lori de Duyvenbode, le lori flammèche et le lori cardinal. Les quatre sont de grands loris à longue queue arrondie. Trois sont originaires de Nouvelle- Guinée, et un des îles de l’Est (le lori cardinal). Diamond, en 1972, commente l’évolution de ces espèces, décrivant trois d’entre elles (atra, duyvenbodei, et scintillata) comme une « chaîne de super-espèces occupant les terres basses de Nouvelle-Guinée, avec des contacts entre les populations qui ont été rompus et restaurés de nombreuses fois. Le genre consiste en trois semi-espèces virtuellement allopatriques, dont la distribution forme maintenant un cercle incomplet (brisé à l’est entre la baie d’Astrolabe et la rivière Kemp Welch) à la périphérie de la Nouvelle-Guinée ». Il n’a apparemment pas pris en compte l’existence de la quatrième espèce, ou considérait peut-être que l’espèce cardinalis n’appartenait pas à ce genre : au moins un taxonomiste ava
t lui avait classé le lori cardinal dans le genre Eos (Low, 1998).
L’un des traits remarquables du genre Chalcopsitta est que chacune des quatre espèces qui le compose est d’une couleur différente des autres : noire pour atra, marron pour duyvenbodei, verte pour scintillata, rouge pour cardinalis. Pourtant, si tous quatre sont de différentes couleurs, ils ont un certain nombre de caractéristiques en commun : La forme des plumes du cou, tout d’abord, longues, fines et pointues, très différentes des autres plumes de couverture. Ils possèdent également tous une bande de peau nue sous la mandibule inférieure, qui n’est pas très apparente car elle est noire, de la même couleur que le bec (sauf chez cardinalis, dont le bec est orange). Beaucoup moins discrète est leur voie, puissante et aiguë, et qu’on doit prendre en considération si on pense acquérir cet oiseau : les voisins risquent de ne pas apprécier ses efforts de communication ! Un autre trait caractéristique du genre est son vol, très différent de celui des autres loris, et qui permet de le reconnaître à coup sûr : les ba
tements d’ailes sont rapides, mais faibles, et le vol est lent, donnant l’impression de nécessiter beaucoup d’efforts pour peu de résultats.
Il y a peu d’information disponible sur la vie dans la nature de ces loris, et la plupart des connaissances viennent des observations faites sur les oiseaux en aviculture.


Lire la suite »

Jan 062018
 

Ara Chloroptère (Ara chloroptera)Description physique
Ce perroquet a un corps trapu, une grande tête rouge avec des brides et des joues dont la peau blanche est striée et tachées de rouge. Il a un gros bec, foncé sur la partie inférieure, carné sur la partie supérieure. Ses yeux ont des iris noirs, bordés de jaune-vert clair. Le corps et la queue sont rouges comme la tête, à l’exception des ailes qui ont des rémiges bleues avec des couvertures vertes. Le dos présente également des parties vertes mais le rouge prédomine largement. Les pattes sont gris foncé et dotées d’ongles puissants et légèrement plus sombres.


Lire la suite »

Jan 062018
 

Lori à collier jaune (Lorius chlorocerus)Description physique
Splendide perroquet, le haut de la tête est noire ; le corps est rouge avec un demi collier arrière bleu nuit, et un demi collier avant assez large de couleur jaune. les cuisses sont bleu-violet ; les ailes sont vertes sur la partie dorsale et brunes sur la partie ventrale ; les rémiges primaires sont rouges. Le bord des ailes est blanc moucheté de bleu la queue est rouge ; le dessous de la queue est vert olive. Le bec est orange avec une base de la mandibule supérieure noire ainsi que la cire ; l’iris est rouge-orangé, présence d’un cercle oculaire bleu-nuit ; les pattes sont grises.

 

 
Lire la suite »

Jan 052018
 

ProventriculiteLa proventriculite ou PDD (Proventriculus Dilatation Disease), est une maladie mortelle d’évolution lente, responsable de troubles nerveux et de dysfonctionnements digestifs consécutifs à une destruction progressive des fibres nerveuses. Connue et redoutée des amateurs d’oiseaux depuis les années 1970, elle a été jusqu’à présent décrite chez plus de cinquante espèces d’oiseaux, dont la plupart des psittacidés (sauf jusqu’à présent la perruche ondulée), beaucoup de petits passereaux (comme le canari), les toucans, des rapaces (dont le faucon pèlerin) et des oiseaux d’eau.
Lire la suite »

Jan 052018
 

Perruche à tête de Prune (Psittacula Cyanocephala)Description physique
Le plumage est vert, plus vif sur les ailes et tendant au jaune sur les parties ventrales. Le croupion est azur, la queue bleue, l’iris jaune et les pattes roses.

 

 


Lire la suite »

Jan 032018
 

Ararauna (Ara ararauna)Description physique
Impressionnant par sa taille, d’autant plus qu’il dispose d’une longue queue et des ailes de très grande envergure. Son plumage est très coloré avec un front vert, la nuque, les ailes et la croupe bleues, le cou, la poitrine, le ventre et l’abdomen jaunes et enfin le dessous de la gorge noir. Il présente des brides et des joues dont la peau blanche est légèrement striée de noir, surtout à proximité des yeux. Ses yeux ont des iris noirs, bordés de jaune-vert clair. Il a un gros bec foncé et des pattes dotées d’ongles puissants et légèrement plus sombres.


Lire la suite »

Jan 022018
 

Amazone poudrée du Guatemala (Amazona farinose guatemalae)Description physique
Son plumage est globalement vert avec une teinte gris blanchâtre; les plumes à l’arrière de la tête et de la nuque sont vertes avec des pointes de violet-gris et des pointes noirâtres; il existe parfois une couronne jaunâtre, complètement absente chez certains spécimens ; la queue est verte avec les pointes verdâtre jaunes; les plumes de la queue peuvent parfois avoir des taches rouge; la peau autour des yeux est blanchâtre ; l’ iris est brunâtre à rouge; Le bec et les pattes sont sombres.
Avant la maturité sexuelle, les jeunes n’ont pas de couronne jaune et l’iris est sombre brun.

 

 

 


Lire la suite »