Nov 132018
 

Alimentation des Perroquets : généralitésLes perroquets trouvent dans la nature une alimentation abondante et très variée. Ils se nourrissent à la fois de noix, graines, herbes et plantes, racines, tubercules, écorces, jeunes pousses, pollen, bourgeons et nectar de fleurs… L’alimentation en élevage sera à différencier en fonction de la taille de votre perroquet et en fonction de la famille, par exemple, les loridés ont une alimentation très particulière. Les éléments ci-dessous sont des généralités que nous détaillerons plus précisément..


Lire la suite »

Nov 122018
 

Ara Hyacinthe (Anodorhynchus hyacinthinus)Description physique
C’est un grand perroquet splendide et d’une prestance éblouissante son plumage est bleu cobalt ; les zones autour de l’oeil ainsi que du bec inférieur sont de couleur jaune, le bleu devient plus foncé sur les ailes ce qui lui fait un superbe dégradé de couleur, en observant cet oiseau on peut apercevoir la couleur noirâtre du dessous des ailes ; le bec noir est d’une puissance redoutable. L’iris est foncé brun et les pattes gis foncé.


Lire la suite »

Nov 122018
 

Loriquet Arc-en-ciel (Trichoglossus haematodus haematodus)Le Trichoglossus haematodus comprend plus de 20 sous-espèces, très complexe à classifier et à différencier car elles correspondent à des différences de couleurs imperceptibles. Les plus connus sont Trichoglossus haematodus moluccanus, massena, capistratus, forsteni.

Description physique
Il est parmi les perroquets les plus colorés. En effet, la tête est bleu clair, une partie du cou est jaune tandis que la gorge est rouge-bleu. Le corps, vert intense est couvert « d’écailles » jaunes. Le bec est orange, les yeux ont l’iris noir bordée d’orange. Les pattes sont gris clair.
Lire la suite »

Nov 112018
 

Les loris : le genre ChalcopsittaDescription physique
Ce genre comprend quatre espèces de loris à la fois très semblables et très différentes : le lori noir, le lori de Duyvenbode, le lori flammèche et le lori cardinal. Les quatre sont de grands loris à longue queue arrondie. Trois sont originaires de Nouvelle- Guinée, et un des îles de l’Est (le lori cardinal). Diamond, en 1972, commente l’évolution de ces espèces, décrivant trois d’entre elles (atra, duyvenbodei, et scintillata) comme une « chaîne de super-espèces occupant les terres basses de Nouvelle-Guinée, avec des contacts entre les populations qui ont été rompus et restaurés de nombreuses fois. Le genre consiste en trois semi-espèces virtuellement allopatriques, dont la distribution forme maintenant un cercle incomplet (brisé à l’est entre la baie d’Astrolabe et la rivière Kemp Welch) à la périphérie de la Nouvelle-Guinée ». Il n’a apparemment pas pris en compte l’existence de la quatrième espèce, ou considérait peut-être que l’espèce cardinalis n’appartenait pas à ce genre : au moins un taxonomiste ava
t lui avait classé le lori cardinal dans le genre Eos (Low, 1998).
L’un des traits remarquables du genre Chalcopsitta est que chacune des quatre espèces qui le compose est d’une couleur différente des autres : noire pour atra, marron pour duyvenbodei, verte pour scintillata, rouge pour cardinalis. Pourtant, si tous quatre sont de différentes couleurs, ils ont un certain nombre de caractéristiques en commun : La forme des plumes du cou, tout d’abord, longues, fines et pointues, très différentes des autres plumes de couverture. Ils possèdent également tous une bande de peau nue sous la mandibule inférieure, qui n’est pas très apparente car elle est noire, de la même couleur que le bec (sauf chez cardinalis, dont le bec est orange). Beaucoup moins discrète est leur voie, puissante et aiguë, et qu’on doit prendre en considération si on pense acquérir cet oiseau : les voisins risquent de ne pas apprécier ses efforts de communication ! Un autre trait caractéristique du genre est son vol, très différent de celui des autres loris, et qui permet de le reconnaître à coup sûr : les ba
tements d’ailes sont rapides, mais faibles, et le vol est lent, donnant l’impression de nécessiter beaucoup d’efforts pour peu de résultats.
Il y a peu d’information disponible sur la vie dans la nature de ces loris, et la plupart des connaissances viennent des observations faites sur les oiseaux en aviculture.


Lire la suite »

Nov 112018
 

Callopsittes (Nymphicus hollandicus)Description physique
Les callopsittes ont un plumage d’un gris tendre. Les plumes du dessus de la queue sont argentées. Et celles du dessous sont gris foncé. Les plumes blanches de conjugaison des ailes se voient quand elles sont déployées. La gorge, les joues et le front sont d’un beau jaune citron. Près de l’oreille, par dessus ce « masque » jaune, juste en dessous de l’œil noir, brille la tache orange de la joue. Les plumes de la huppe jaillissent en haut du masque. La huppe de la perruche callopsittes est beaucoup plus fine que celle du cacatoès.



Lire la suite »

Nov 102018
 

Arbre de jeuxPour le bon équilibre physique et psychologie de votre perroquet, celui ci ne doit pas rester enfermé dans sa cage toute la journée. Prévoyez des sorties quotidiennes pendant lesquels il pourra voler et faire de l’exercice. Il lui faut dans la pièce où il vit un endroit où venir se reposer et jouer : l’arbre à perroquet ou le perchoir sont appropriés à ce type de distraction.


Lire la suite »

 Publié par à 20 h 53 min
Nov 102018
 

CoccidioseIsospora serini (coccidiose) est un parasite intestinal qui est principalement décelé chez les canaris et les passériformes. Le parasite se multiplie dans l’intestin pendant plusieurs cycles jusqu’à ce que la cellule intestinale éclate et les oeufs se libèrent et contaminent d’autres oiseaux.
Lire la suite »

Nov 092018
 

Perruche Grand Alexandre (Psittacula Eupatria)Description physique
45 à 50 cm de long. Plumage vert. Collier noir très apparent, arrière du cou rosé. Rectrices internes vert bleuté, blanc-jaune à l’extrémité. Yeux gris cerclés de rouge, bec rouge foncé, pattes brun grisé. Femelle très semblable, mais dépourvue de collier noir.
Elle doit son nom au  grand conquérant grec « Alexandre le Grand ». La perruche Grand Alexandre depuis quelques années se reproduit dans la  région de Bruxelles. Dans les années 1999 à 2000 il a été observé une vingtaine de couples en train de nicher. D’autres pays comme l’Allemagne ont pu observer le même phénomène.


Lire la suite »

Nov 092018
 

EctoparasitesLes ectoparasites sont fréquemment rencontrés chez les oiseaux de volière. Surtout les mites qui sucent du sang (Dermanyssus gallinae) peuvent causer beaucoup de problèmes aux volières en été.
Ces parasites affaiblissent les oiseaux et peuvent même causer la mort des jeunes aux nids. C’est pourquoi il faut contrôler régulièrement les volières et les couvoirs de parasitisme.
Les poux broyeurs (Mallophaga) et les acarioses de la peau sont aussi fréquemment vus chez les canaris, mais provoquent seulement un état d’énervement des oiseaux.
Lire la suite »

Nov 082018
 

Une question revient fréquemment sur les forums de discussions parlant des oiseaux, plus spécialement parlant des perroquets, c’est celle concernant la toxicité de l’avocat, du persil et de la rhubarbe.
Nous allons essayer de clarifier un peu cette question.

 


Lire la suite »