Fév 272024
 

Amazone à face rouge (Amazona leucophala leucophala)Description physique

Elle est de taille moyenne avec un corps trapu. Le front est blanc, les joues et la gorge rouge vif et le reste du corps entièrement vert vif. L’iris est foncé et le bec est gros et carné. Les pattes sont claires.

Lire la suite »

Fév 262024
 

Construction d’une volière d’intérieur

On débute souvent un élevage avec une cage ou une volière du commerce, mais après les premières naissances on se rend vite compte que la place va finir par manquer.
Je vais vous décrire étape par étape la construction d’une volière d’intérieur (dimension, choix des matériaux, astuces, aménagement intérieur)

Principe de conception :
1/ Facile d’entretien
2/ Structure légère et démontable rapidement
3/ Evolutive ( volière modulaire )

Dimension : Longueur : 2 m – largeur : 2 m – Hauteur : 2 m
( On choisira de préférence les dimensions en fonction de la taille standard des matériaux du commerce )

Lire la suite »

 Publié par à 21 h 58 min
Fév 262024
 

Ararauna (Ara ararauna)Description physique
Impressionnant par sa taille, d’autant plus qu’il dispose d’une longue queue et des ailes de très grande envergure. Son plumage est très coloré avec un front vert, la nuque, les ailes et la croupe bleues, le cou, la poitrine, le ventre et l’abdomen jaunes et enfin le dessous de la gorge noir. Il présente des brides et des joues dont la peau blanche est légèrement striée de noir, surtout à proximité des yeux. Ses yeux ont des iris noirs, bordés de jaune-vert clair. Il a un gros bec foncé et des pattes dotées d’ongles puissants et légèrement plus sombres.


Lire la suite »

Fév 252024
 

Perruche à tête de Prune (Psittacula Cyanocephala)Description physique
Le plumage est vert, plus vif sur les ailes et tendant au jaune sur les parties ventrales. Le croupion est azur, la queue bleue, l’iris jaune et les pattes roses.

 

 


Lire la suite »

Fév 252024
 

Apportés par l’alimentation, ce sont également des éléments indispensables. En voici les principaux.

 



Lire la suite »

Fév 242024
 

Les loris : le genre ChalcopsittaDescription physique
Ce genre comprend quatre espèces de loris à la fois très semblables et très différentes : le lori noir, le lori de Duyvenbode, le lori flammèche et le lori cardinal. Les quatre sont de grands loris à longue queue arrondie. Trois sont originaires de Nouvelle- Guinée, et un des îles de l’Est (le lori cardinal). Diamond, en 1972, commente l’évolution de ces espèces, décrivant trois d’entre elles (atra, duyvenbodei, et scintillata) comme une « chaîne de super-espèces occupant les terres basses de Nouvelle-Guinée, avec des contacts entre les populations qui ont été rompus et restaurés de nombreuses fois. Le genre consiste en trois semi-espèces virtuellement allopatriques, dont la distribution forme maintenant un cercle incomplet (brisé à l’est entre la baie d’Astrolabe et la rivière Kemp Welch) à la périphérie de la Nouvelle-Guinée ». Il n’a apparemment pas pris en compte l’existence de la quatrième espèce, ou considérait peut-être que l’espèce cardinalis n’appartenait pas à ce genre : au moins un taxonomiste ava
t lui avait classé le lori cardinal dans le genre Eos (Low, 1998).
L’un des traits remarquables du genre Chalcopsitta est que chacune des quatre espèces qui le compose est d’une couleur différente des autres : noire pour atra, marron pour duyvenbodei, verte pour scintillata, rouge pour cardinalis. Pourtant, si tous quatre sont de différentes couleurs, ils ont un certain nombre de caractéristiques en commun : La forme des plumes du cou, tout d’abord, longues, fines et pointues, très différentes des autres plumes de couverture. Ils possèdent également tous une bande de peau nue sous la mandibule inférieure, qui n’est pas très apparente car elle est noire, de la même couleur que le bec (sauf chez cardinalis, dont le bec est orange). Beaucoup moins discrète est leur voie, puissante et aiguë, et qu’on doit prendre en considération si on pense acquérir cet oiseau : les voisins risquent de ne pas apprécier ses efforts de communication ! Un autre trait caractéristique du genre est son vol, très différent de celui des autres loris, et qui permet de le reconnaître à coup sûr : les ba
tements d’ailes sont rapides, mais faibles, et le vol est lent, donnant l’impression de nécessiter beaucoup d’efforts pour peu de résultats.
Il y a peu d’information disponible sur la vie dans la nature de ces loris, et la plupart des connaissances viennent des observations faites sur les oiseaux en aviculture.


Lire la suite »